♥ Welcome Invité sur Institut Parker ♥ N'oubliez pas de créer des liens, topics sans oublier des sujets si vous voulez que le forum marche ♥ N'hésitez pas à surveiller les diverses annonces et new. N'hésite pas à te connecter sur la Chat Box le staff y est souvent ♥
♥ Welcome Invité sur Institut Parker ♥ N'oubliez pas de créer des liens, topics sans oublier des sujets si vous voulez que le forum marche ♥ N'hésitez pas à surveiller les diverses annonces et new. N'hésite pas à te connecter sur la Chat Box le staff y est souvent ♥

Partagez|

Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Luciano "Lucifer" Goodman
avatar
Membre ₪ Démon


MESSAGES : 574
POINTS : 1974
AGE : 666
CELEBRITE : Devon Bostick
EMPLOI : Roi des Enfers. (c'est déjà énorme)
DATE DE NAISSANCE : 25/12/1350
ARRIVE LE : 31/01/2016
Localisation : Là où tu penses être bien caché

MessageSujet: Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax Jeu 18 Fév 2016 - 16:59

Je fais ce que je veux

Il est amusant de constater que c'est rassemblés, que les humains sont les plus facile à toucher. C'est la foule qui provoque les plus grandes catastrophes. A croire que quand les cerveaux sont réunis c'est à ce moment là qu'ils sont les plus à même de m'écouter.  Ce pourquoi les bars étaient des lieux attrayants. Réunissant en leur sein les pires alcooliques de la terre, capable d'écouter ma voix sans flancher sous l'excuse d'un abus de boisson, et qui jacassaient entre eux, échangeant les pires idées possibles. En plus de cela, si l'effet de groupe ne fonctionnait pas forcément dans ces endroits, ils me permettaient de brouiller les pistes et de jouer sur l'agitation du lieu. J'étais donc attelé à une table, observant la foule, souriant. Il n'y avait pas tant de monde ce soir là mais c'était largement suffisant. Je réfléchissais a ce que j'allais pouvoir faire du blond qui matait les filles et qui au fait de sa virginité avait décidé de se dépuceler parce qu'il était temps. Je m'approchais de lui, me faisant discret,  n'imposant pas ma présence,  un verre de vodka à la main. De la vodka pur, hein. Pas ces machins fruités et moins forts.

- Vas y, murmurait-je en douceur : Tu en crèves d'envie.

De devoir dormir m'avait force à arrêter mes activités et je devais bien admettre que cela m'avait manqué. Même si pour le moment je m'amusais uniquement dans cette ville qu'était Jacksonville. Et que cette cible serait sûrement l'une des plus dociles de la soirée, et pas cause de son débit de boisson.
Je sentis le blond vouloir se tourner vers moi et lui offrait un grand sourire, usant de ma puissance pour qu'il ne réagisse pas. de toute façon,  il ne pouvait pas nier. Cela se voyait dans ses yeux.

- Vas y, recommencais-je : Fais le. Tape la toi. Au pire si elle dit non, frappe la et si elle crie étrangle la.

Je lui souris avant de vider mon verre pour en redemander un. Ce fut alors que je voyais que le blond allait céder que je sentis une présence fort désagréable aux alentours.


•••••••••••••••••••••••••••••••••••

Luciano "Lucifer" Goodman

Le rire est une réaction à la peur, tu le sais parfaitement. Tu t'entends rire, nous t'entendons hurler..




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax Jeu 18 Fév 2016 - 22:05



Même si j'suis pas Dieu.


Pourquoi je suis là ce soir ? Par-ce que je suis un gros fêtard, tiens ! Mouais... enfaîte, nan, même pas. Jordan, un mec que j'ai rencontré y'a 4 jours, avait besoin d'un coup de main dans son bar. Son deuxième barman c'est salement blessé trois doigts. Je n'ai rien à dire sur le sujet, si ce n'est que j'ai eu du mal à refuser de l'aider. Il peut être très convaincant quand il s'y met....
Bref... Ma soirée est pleine de surprise, je n'avait jamais touché à ce type d''job, servir... sérieux, s'pas du-tout mon truc. Mais bon... je garde en tête que c'est finalement un coup de main qui ce cache derrière tous ses faux sourires que je balance comme une longue série de flashs éblouissants depuis bientôt 3h. Nan, Nan, je n'abuse rien, j'ai du succès, vous pouvez pas le nier, même moi ça m'a surpris. C'est dire...! Les petites Américaines semblent craquer plus que raisonnablement sur les tronches un peu basanées. M'enfin... tant qu'elles consomment, j'suis bon, c'est ce que Jordan veut finalement.. Alors ma fois, je vends. Mon âme de fêtard en a plus que ras-le-bol de mon attitude irréprochable et voudrait bien profiter un peu la soirée... Mais pas ce soir. Patience Narax...

Mais v'là autre chose tiens...! Au départ, je pensais halluciner, sérieux, j'ai du m'y reprendre à deux fois pour en être totalement certains... Je suis tellement surpris que je ne réponds même pas à la blonde qui essaye de me tenir la conversation. Lucifer... Ici... tout naturellement, parmi les mortels. Mes pupilles s'assombrissent alors que je le fixe en nettoyant un verre pour garder un comportement normal. Mes yeux expriment toute la rage que je ressent pour ce type. Si seulement un regard pouvait tuer... Ont serrait débarrassé d'une belle merde tiens ! Mes dents se serrent. Je SAIS que je ne suis pas suffisamment puissant pour lui troncher sa petite gueule de faux près-ado. Mais putain ce que je voudrais quand même essayer...! Juste ne serrait-ce que lui écraser mon poing dans le nez. Hm... ouais, juste ça ! Mais... y a trop de monde ici, beaucoup trop de monde. Ce sale snob sait choisir ses plants. Je l'observe, crispé, parler à un jeune mec qui bave devant une nana depuis plus d'une heure. Pas besoin d'un dessin, je sais que ce qu'il lui dit n'est pas de bon conseil. Il y a longtemps que je ne crois plus au père Noël.

N'y tenant plus, je pose brutalement le verre sur le comptoir " Je prend ma pause " dis-je entre mes dents sans même regarder Jordan " mais.. il te reste encore 4h po... " Je serre le torchon entre mes doigts " C'est urgent. " J'attends pas qu'il réponde, je m'avance déjà dans le dos de Lucifer. Il ne va pas tarder à me sentir, mon aura est moins puissante que la sienne, serte, mais elle est quand même suffisamment conséquente pour peser sur son attention. Je les dépasse et viens poser ma main sur l'épaule du type avec qui parle Mr roi des démons " mec, j'te conseille de n'pas écouter cette tête de pioche, quoi qu'il t'est dit, oublis rapidement. Je connais pas un seul type qui le recommanderait " mon ton est sympathique, mais mes yeux sont très très très sérieux. J'annonce la couleur gamin. Puis je me tourne vers Lucifer et lui fait un grand, très grand faux sourire et m'assoie en face de lui " Quoi de neuf Lulu' ? C'est marrent ça... mais j'peut pas te dire que tu nous a vraiment manqué " Je me sors une clope, la coince entre mes dents et l'observe de mon regard sombre où gronde une colère très bien dissimulée " que-ce qui t'amène dans le coin ? Je pensais pas que Jacksonville soit suffisamment attrayante pour ton gout des grandeurs " Je lui souris sans cacher la note amère qui survole mon visage. Je l'aime pas, mieux je veux carrément l'zigouiller et je crois que ça se voit sans grand mal.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Luciano "Lucifer" Goodman
avatar
Membre ₪ Démon


MESSAGES : 574
POINTS : 1974
AGE : 666
CELEBRITE : Devon Bostick
EMPLOI : Roi des Enfers. (c'est déjà énorme)
DATE DE NAISSANCE : 25/12/1350
ARRIVE LE : 31/01/2016
Localisation : Là où tu penses être bien caché

MessageSujet: Re: Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax Ven 19 Fév 2016 - 17:43

Je fais ce que je veux

Je n'aimais pas ce que je sentis, parce que c'était le genre de présence qui me donnait envie d'encastrer par la fenêtre la moindre personne à ma portée. Bien que personnellement je n’en avais cure de tuer des gens, c’était pour explique combien je détestais la présence qui m’entourais.
A défaut de finir dépuceler ce blond pouvait très bien finir défiguré. Cela pourrait tout aussi être jouissif.

Je vis une main apparaitre sur l'épaule de ma cible et dévisagea immédiatement le propriétaire de celle-ci. Je ne comprenais pas ce que le Bonimenteur avait pu foutre pour me fourrer ces machins lumineux sur mon chemin mais je ne le remerciais pas. Je détestais ces abrutis d'êtres de lumières qui n'étaient rien de plus que des crétins d'humains morts, se pensant suffisamment puissant pour m'affronter. Et même si je savais que les tuer ne serait jamais une mince affaire, je savais néanmoins que je pouvais défoncer leur sale tronche si je le voulais.
A bien y réfléchir, ils feraient donc des excellent punching-ball.

Surtout quand ces espèces d'humains se prenant pour des anges se mettait a m'empêcher de faire mon boulot et a oser me désigner comme une tête de pioche. Je serrais très fort mon verre de vodka que je vidais aussi vite que le précédent. Mes yeux pouvaient littéralement jeter des éclairs et a cet instant je sentis l'air se faire plus lourd dans le bar. C'est ce qui arrive quand on ose provoquer le roi des enfers en personne.

Je vis le blond se contenter de hocher la tête sans réellement comprendre et de partir précipitamment - il suintait la peur alors je me doutais que l'effet de ma colère devait se faire sentir sans mal -. J'observais le lumineux se fumer une clope et eut un sourire méprisant. Tiens donc, Papy n'interdisait pas ca à ces êtres lumineux ? Enfin c'était amusant de constater que ce qui se trouvait dans la bouche de ce type tenait son origine de ma propre personne. Je me demande si ce cloporte s'en doutait. Sûrement pas. Enfin hormis la clope, ce qu'il y eut de pire pour lui comme pour moi, fut le moment ou il osa m'appeler.. Lulu. Je songeais au fait que ce mort avait fortement envie de mourir à nouveau. Pourquoi pas hein ? Peut-être que ces crétin de lampadaires avaient des tendances à aimer mourir.

Le verre qui se trouvait dans ma main et qui était toujours vide, explosa. Je lui souriais de ce genre de sourire qui aurait pu provoquer une nouvelle ère glacière. Je sentis le ciel gronder au dessus de nous. Hum. Je détestais ce morveux. Il croyait quoi ? Que parce que j'avais un vaisseau jeune, j'allais le laisser me traiter de cette façon ? Quel imbécile. Enfin je devais lui reconnaître un goût du danger qui me plaisait. Et puis juste...sentir cette colère qui vibrait en lui. Papy comptait vraiment sur lui pour faire le bien ? C'était une blague ? Je pouvais postuler pour faire partie des lampadaires moi aussi ? Parce qu’honnêtement, j’y aurais peut-être ma place.
J'ignorais sa dernière phrase et laissait les verres exploser autour de moi. Je n'aimais pas devoir maîtriser ma colère. Je la laissais exploser, sans même tenter de la contrôler.

- J'hésite. Es tu fou, stupide ou juste peut être as tu envie de mourir une seconde fois ?

Mon sourire mauvais glacial s'affichait encore sur mon visage.

- A moins que le fait qu'Il t’ait fait renaître te donne la grosse tête.

Bien que je ne m'en préoccupe plus vraiment, je sentis la peur planer autour de moi. Peur qui venait de quelques clients et même du personnel. Eux même ne devaient pas réellement savoir d'où venait cette peur. Et en prime ils voyaient des verres exploser sans raison.
Je tendis ma main vers la cigarette du garçon et lui arrachait en tirant avec force dessus pour me tirer ensuite une taffe avant de relâcher la fumée dans sa tête, et reposer la clope devant lui. Je pouvais bien lui rendre, il se servait de ce que j’avais aidé à créer, alors…

- Bien. Tu préfères le bar ou le mur ?

Sous entendu qu'il allait très bien se taper un de ces deux endroits, s’il continuait à oser s’adresser à moi d’une pareille façon.

- Ou non. J'ai mieux.

Avec un sourire carnassier je tendis ma main vers un client au hasard avant de le brûler de l'intérieur le laissant hurler de douleur et s'effondrer, sous les regards effrayés du reste du bar. Je sentais que dans quelques minutes, ça allait être le capharnaüm ici. Avec les pompiers, la police, tout ça…

- Et si je tuais tous les gens ici ? Oserais-tu continuer de me parler comme tu le fais ? Oh, et vu que tu te crois si malin… Je te laisse répondre à tes propres questions, le lampadaire.


•••••••••••••••••••••••••••••••••••

Luciano "Lucifer" Goodman

Le rire est une réaction à la peur, tu le sais parfaitement. Tu t'entends rire, nous t'entendons hurler..




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax Ven 19 Fév 2016 - 21:12



Même si j'suis pas Dieu.



Je ne suis pas Dieu, encore heureux d’ailleurs et je ne suis pas non plus surpuissant. En revanche, je suis un des élus envoyés par celui-ci. J'ignore bien pourquoi soit dit en passent. Que cherche-t-il comme valeur à faire valoir ? La bonté ? La douceur ? Hm... Rien à voir avec moi et ce n'est pas non plus l'idée qu'on prête à un gardien. Notre rôle, aujourd'hui, c'est de nous battre, ça me semble pourtant clair. De forcer le mal à se méfier, à faire de ce monde une ligne stable entre le bien et le mal. Je n'existerais pas sans Lucifer et lui n’aurait sans doutes aucun but sans nous. C'est ainsi, nous sommes, contre notre gré, deux faces différentes d'une même pièce. J'ai grandi avec l'idée que pour apprécier les vacances, il faut avoir, avant ça, travaillé comme un forcené. L'équilibre, voila ce qui est important. Alors ce que j'apporte, moi, dans l'histoire ? Je ne pense pas que ça soit de la bonté de cœur, y'a franchement meilleur que moi dans le domaine. Un comportement exemplaire ? Là aussi je prêche sans m'en cacher une seule seconde. Nan, moi ce qui me fait avancer c'est le courage, la volonté, l'inflexibilité et la liberté. C'est avec ça que je fixe, sans faillir, ce monstre caché dans un corps d'enfant près pubère. Je ne suis, ni sot, ni fou. Juste engagé dans un combat perdu d'avance, alors même si je dois y laisser des plumes et retourner au paradis quelques jours, je ne lâcherais rien. Vraiment rien. On m'a renvoyé sur terre pour ça et je compte bien faire honneur aux valeurs pour lesquels on m'a choisi.

Je ne réagis pas à ses petites démonstrations de colère. Je note juste qu'il ne s'est pas assagi avec le temps, il est facile de l'activer et de lui faire révéler une partie de son vrais visage. Je me contente de l'écouter, avec mon éternel petit sourire moqueur. C'est ça, parle toujours, ce n'est pas moi que tu feras trembler de peur. Ce qui me dérange, en revanche, c'est qu'il impacte les clients de Jordan avec son aura dégueulasse. Mes yeux noirs balaient la pièce et j'y vois beaucoup de peur et d'incompréhension devant les verres brisés. Je passe ma main sur ma joue entaillée par un morceau de verre égaré et recueille le sang qui y coule, le regarde et relève les yeux sur lui " Je vois que tu es en pleine forme. Un peut frustré d'être resté si longtemps sous clos, mais ton pouvoir n'a pas pris une ride. " Je soigne machinalement ma joue et ne réagit pas quand il m'arrache ma clope des dents. En vérité, j'ai envie d'exploser, mais je garde le contrôle. C'est moi qui représente le bien ici, nan ? Je craquerais pas le premier. Alors qu'il est terminé sa petite mise en scène, je me cale plus confortablement sur le dossier de ma chaise, posant mon bras sur la chaise voisine, récupère ma clope et la remet, sans le quitter des yeux, dans ma bouche. Mes yeux le provoquent. Je n'ai pas peur de lui. Je me dis que pendant qu'il s'occupe de moi, il laisse les autres tranquilles. C'est une peu trop de dévotion ça... dans mon ancienne vie, j’aurais été beaucoup plus subtil. Il a peut-être finalement raison, l'immortalité me rend un poil insolent. Mais en même temps... en quoi peut-il me reprocher une chose si peut grave ? N'est-il pas bien au-dessus des simples défauts de personnalité et visses caché, lui ?! Et puis, Dieu m'a donné ce pouvoir pour une bonne raison. Sans peur de mourir, plus grand-chose n’arrête un homme.

Sauf... la souffrance des autres. Outch, il vient de frapper là où ça fait mal. Je me crispe immédiatement et serre les dents. Je dissimule mes mains et aide ce pauvre mec avec mon don de guérison. Mais Lucifer est fort, très fort et je galère à concurrencer son pouvoir. Mais les hurlements du type cessent aux bouts de quelques secondes. Mais... du-coup c'est moi qui ressens tout à sa place, putain. Les flammes me dévorent le ventre. Alors... c'est ça l’enfer ? C'est moche franchement, je vois pas comment on peut défendre ça. Ça sert à rien...! La douleur brille dans mes yeux, mais je ne moufte pas. Je continus de le fixer avec mon air tranquille, comme si aucun bras de fer n'était actuellement en jeu " pour ça, faudra déjà te débarrasser de moi mon gars " Je tire sur ma clope après avoir réussi à desserrer les dents. En vrais j'hurlerais bien de douleur. Mais je sais que ça lui ferait trop plaisirs et que ça serait parfaitement inutile pour moi. Mes mains tremblent sous la table, mais je les serre de rage pour ne rien laisser paraître. Je sais qu'il sait que je galère. Mais je veux qu'il capte qu'il est tombé sur un mec qui ne lâchera rien. Quoique ça me coûte. " Et arrête de te vexer pour si peut, tu me donnes raison " pour son histoire de lampadaire là, j'arrive à lui sortir un petit sourire " Tu parles, regardes-toi, ton nom signifie porteur de lumière, t'sais " mes yeux le défis silencieusement " Néanmoins, je comprends que ça puisse te frustrer... ça te rappelle chaque jour à quel point ta déraillé ".
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Luciano "Lucifer" Goodman
avatar
Membre ₪ Démon


MESSAGES : 574
POINTS : 1974
AGE : 666
CELEBRITE : Devon Bostick
EMPLOI : Roi des Enfers. (c'est déjà énorme)
DATE DE NAISSANCE : 25/12/1350
ARRIVE LE : 31/01/2016
Localisation : Là où tu penses être bien caché

MessageSujet: Re: Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax Lun 22 Fév 2016 - 12:59

Je fais ce que je veux

Il croyait quoi le morveux ? Que malgré ce sommeil forcé je n'allais pas réussir à lui laminer la tête si je le voulais ? J'avais la vague impression qu'il oubliait à qui il parlait. Ce qui, soyons sincère, n'était pas une bonne idée pour lui. Mais après, il faisait ce qu'il voulait, hum ?
Le plus amusant dans tout cela, c'était que je pouvais sentir toute la colère et la haine qui vibrait en lui vis-à-vis de ma personne. Je me demandais sincèrement si Papy approuvait ce genre de comportement avec les lampadaires. Peut-être. Tant qu'ils ne remettaient pas en question Son bon vouloir.

Je sentis son malaise quand je m'amusais à atteindre un crétin traînant sur mon chemin. C'était tellement pathétique. Se préoccuper des autres était une chose qui ne menait à rien. Et surtout si ces autres étaient des humains. Le plus amusant fut de le voir vouloir soigner cet imbécile qui ne méritait que la mort. Je pris à peine la peine d'empirer sa peine puisque ce n'était pas très difficile.

Je vis le lampadaire paraître se sentir mal et me délectait de toute la souffrance qu'il pouvait ressentir. Le plus amusant fut qu'il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas réagir. J'adorais ça. Quand mes cibles tentaient de ne rien dire mais souffraient quand même c'était bien plus amusant. Sa phrase me fait sourire. Il croyait quoi ? Qu'il allait pouvoir protéger tous les humains de la Terre ? Lui, et les autres lampadaires ? Laissez-moi rire.

Et puis, monsieur se croit à nouveau malin. Monsieur se veut insolent. Peut être que ce type à réellement envie de goûter une surface voir ce que ça fait d'avoir la tête écrasée dessus. Plusieurs fois. Il pense m'atteindre avec sa phrase. Je ne nierais pas qu'il sait trouver les bons mots et que mon petit effet météorologique empire faisant craquer la foudre. Mais vous pensez vraiment que je vais me laisser abattre par un minable type qui ne se rend pas compte combien il est minuscule à côté de moi ?

- Tu sais le cloporte... un lampadaire n'éclaire qu'un bout de par terre.

Je tends à peine ma main que trois personnes se mettent à hurler de douleur sous les flammes qui viennent brûler leur être. Un décède très vite sous mon sourire toujours aussi glacial.

- Imagine ce qu'un type comme moi qui se nomme porteur de lumière....Est en mesure de faire.

Une autre rangée de clients se met à souffrir avec sûrement la sensation de leurs organes qui se décomposent sans raison.

- Dis-moi. Toi qui te crois si malin et qui pense que se retenir d'hurler te permet de croire que je ne te sente pas sur le point d'exploser...

La foudre tomba sur le bar, occasionnant une perte de courant alors que la panique à déjà démarrée dans le lieu et ne fait qu'empirer.

- Te penses-tu en mesure de m'arrêter ? Ou de tous les sauver ?

Une nouvelle vague de douleur. Cette fois j'imagine qu'ils doivent avoir l'impression de vieillir soudainement sans raison.
J'observais la vermine insolente qui me faisait face. Curieux de voir ce qu'il allait pouvoir faire pour tous ses humains.

[J’ai eut des petits bugs de concordance des temps durant ce rp j’ai l’impression, et j’ai vraiment la flemme de repasser tout au présent ou tout au passé >< ! J’espère que ça t’iras quand même ;_ ; (j'avais écrit ce rp sur mon tel vu que je suis pas vraiment chez moi]


•••••••••••••••••••••••••••••••••••

Luciano "Lucifer" Goodman

Le rire est une réaction à la peur, tu le sais parfaitement. Tu t'entends rire, nous t'entendons hurler..




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax

Revenir en haut Aller en bas

Je fais ce que je veux, même si je suis pas Dieu • Narax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Je fais ce que je veux, quand je veux ! » ? Nuage de Grisaille
» aujourd'hui, je fais ce que je veux (oska)
» Je fais ce que je veux. Ca te dérange ? | Nora Chevalier
» Tibus [HOT] ? Fais ce que tu veux, comme tu veux, quand tu veux, mais ne fais rien de ce que tu veux au détriment d’un autre.
» Je ne te veux aucun mal, je ne suis que soumise et obéissante...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institut Parker :: 
Hors-Jeu
 :: 2016
-