♥ Welcome Invité sur Institut Parker ♥ N'oubliez pas de créer des liens, topics sans oublier des sujets si vous voulez que le forum marche ♥ N'hésitez pas à surveiller les diverses annonces et new. N'hésite pas à te connecter sur la Chat Box le staff y est souvent ♥
♥ Welcome Invité sur Institut Parker ♥ N'oubliez pas de créer des liens, topics sans oublier des sujets si vous voulez que le forum marche ♥ N'hésitez pas à surveiller les diverses annonces et new. N'hésite pas à te connecter sur la Chat Box le staff y est souvent ♥

Partagez|

Electrifying - Kyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Electrifying - Kyle Jeu 25 Fév 2016 - 1:00

Electrifying
L'histoire commençait dans un regard, et demeurait dans un silence d'observation de l'autre
ft. Kyle
SPRING Le silence de la bibliothèque me procurait un certain sentiment d'intimité. Seul le froissement des pages et le son subtil des plumes frôlant le papier avec douceur montrait que l'endroit était plein de vie. Parcourant les allées de la bibliothèque, je recherchais un ouvrage que j'aimais énormément, Oliver Twist de Charles Dickens, ouvrage fort commun, mais qui me passionnait toujours autant. Et alors que la pulpe de mes doigts caressaient l'arête des livres exposés sur mon passage, ma main s'arrêta soudainement sur le livre que je désirais tant.

Je marquai un temps d'arrêt avant de le saisir à pleine main, et alors que je passais ma main libre à plat sur la couverture afin de toucher le relief des lettres de son titre, un sourire se dessina sur mes lèvres. Ce roman traitait de tout les sujets qui me touchaient, non pas que je m'identifiais à Oliver, mais parce que les mots dont été doté l'histoire me faisaient ressentir... une émotion indescriptible.

Mais alors que j'étais concentrée sur la contemplation de ma trouvaille, un bruit léger attira mon attention. En face de moi, un autre livre venait d'être saisi pour le bonheur d'une personne, mais alors que je pensais cette histoire à peine entamée terminée, quelque chose se produisit. La personne qui se trouvait dans l'allée parallèle à la mienne aurait très bien pu attraper son livre et partir de son côté, mais le destin en avait décidé autrement...

Alors que mon regard s'était posé par inadvertance sur la personne, son regard s'accrocha au mien. Gênée, troublée, je ne réagissais pas. Son regard était intense, et ses yeux si sombres que je n'arrivais pas à discerner sa pupille de son iris. Mais ce dont j'étais certaine, c'était que son regard et le mien, se trouvaient en pleine contemplation de l'autre, comme, électrifiés.

Et alors que je pensais à cela, et que la gêne s'emparait peu à peu de mon corps entier, me faisant trembler par à coups, je sentis mes jambes fondre peu à peu et céder sous mon poids, de telle sorte que je failli perdre pieds. En un instant, je me ressaisissais, et en lançant un dernier coup d'œil à l'inconnu de l'allée parallèle, je me retournais afin de m'enfuir dignement.

Mes pas, qui se voulaient calmes et sereins, me donnaient plus l'impression que mes jambes avaient peine à supporter mon poids. Je serrais les dents, afin de calmer ma gêne. Qu'est-ce qui m'avait pris de rester ainsi bloquée ? Je secouais la tête comme pour m'enlever cette pensée de l'esprit, et décidais de rechercher une table vide, là où la population n'était que peu présente.

Et j'en vis une, petite, dans un coin. Je m'avançais vers cette table qui n'attendait que moi, et alors que je m'affalais avec élégance sur la chaise de bureau, je laissais échapper de mes lèvres un long soupir de soulagement.       
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Electrifying - Kyle Jeu 25 Fév 2016 - 8:26

Electrifying
Il était une fois, une princesse aussi belle que l'aurore et un prince aussi froid que la lame de la mort.
ft. Blue
BEAUTYFUL. Je pensai ce jour banal, comme les autres, sans aucune importance. Du moins, il commençait ainsi. D’un pas tranquille j’avais franchi les portes de la bibliothèque pour trouver dans mon sanctuaire la tranquillité que j’aimai temps. Un lundi matin, mes cours commençant en après midi, rien ne m’obligeait à me lever et pourtant à neuf heure quinze je me tenais droit et respectueux dans les allés du temple de la connaissance. A mes oreilles, des petits écouteurs discrets m’apporter, à la manière d’un film, la bande son de ce jour.  Pour un début en douceur, Norah Jones me berçait de sa petite voix enfantine.

Tel un fantôme, j’errai sans but jusqu’à ce que mes yeux se posent sur la grande collection des Stephen King. A la vue de ce nom, je me souvins d’un but personnel à accomplir. Je souhaitai, depuis quelques années, écrire mon premier roman. A cet effet il me fallait choisir un Maître dans le domaine et le roi de l’horreur semblait répondre à mes goûts. Son style m’avait toujours inspiré et le choisir ne m’obligeait en rien à écrire dans le même registre que lui. Prenant un de ces livres parmi tant d’autres, j’allais pour repartir et m’installer à une table lorsque mes yeux furent de nouveau tentés par une couverture avec un effet cuir. Celui-ci n’avait ni titre, ni auteur. Que faisait-il ici ? Curieux, je me mettais à sa hauteur et hésitais à le saisir. Depuis que j’étais arrivé ici, trop d’événement bizarre et surnaturel étaient arrivés. Je n’étais pas tranquille, toujours en train de me méfier du moindre chat noir qui passe. Je n’étais pas comme eux.

Mon index se posa sur le haut de l’arête du livre et lentement je le faisais se balancer vers moi. Malgré mes premiers jours ici, peu sympathiques, j’éprouvai une cuiseuse envie d’en apprendre plus. Les raisons pour que je reste ici devenaient de plus en plus confuses et toutes contradictoires. Accroupis devant ce livre sans nom, je réfléchissais. Est-ce une bonne idée que de tirer celui-ci et de se laisser tenter ? Oui… non… Non. Et puis finalement oui. D’un geste rapide je le laisser pencher un peu plus en ma direction avant de le saisir à pleine main et de le retirer aux siens.

Pendant ce court instant où le regard reste fixe pendant l’action, le plus grand des drames se produisit. Qui aurait pu se douter un seul instant que ce moment changerait ma vie ? Personne. Moi-même, j’étais très loin de m’en douter sur le coup. La simple vue de deux petites prunelles de l’autre côté du rayon me pétrifiât sur place. Les premières notes de « Sunrise » annonçaient déjà la situation et ma prochaine destinée. Ces deux petits yeux garnis de longs cils me fixant me firent tomber de haut au sens littéraire. Ils étaient d’une douceur si pure, d’une innocence si chaste que je me sentais fautif et voyeur de les contempler de la sorte. Une chaleur aussi agréable était en train de se rependre dans mon corps, de mes pieds jusqu’à mon cœur et s’arrêtant à mes joues. Cette caresse était aussi réconfortante que les premiers rayons du soleil qui viennent pendant les beaux jours d’hiver pour effleurer les neiges qu’on croyait éternelle. Je n’avais pas ressenti une telle impression depuis mes années de lycée et j’en fus  honteux. Un léger frison parcouru mon corps qui était à présent aussi solide que le roc. Pendant un instant, je pensai que mon regard d’azur venait de croiser celui d’une chimère, une Méduse des temps modernes et mon cœur s’en serra. Cependant mon hypothèse tomba à l’eau lorsque ce regard tendre disparu derrière les livres et que ma gorge me laissa déglutir.

Surprit, comme un enfant, je venais d’avoir la plus belle peur de ma vie. Au sens propre. Remarquer qu’on vous observe n’est, jamais, très rassurant et pourtant à ce moment passé, je ne me sentais ni en danger, ni pudique, c’était autre chose de plus harmonieux. Hélas, la belle créature venait de mettre les voiles et à partir de ce jour, les fenêtres de son âme allaient me hanter chaque nuit.

Reprenant mes esprits avec une profonde inspiration, j’observai de nouveau mes livres en main. Maître King était disposé à poursuivre alors que le second, plus mystérieux, restait toujours muet. Armé des deux, mon sac de cours noir encore sur l’épaule, j’allais me poser à une petite table en coin. Je n’étais apparemment pas le seul à désirer la plénitude d’un espace à soi. En face de moi, deux tables, deux chaises et une allée me séparaient d’une jeune femme entrant dans la norme de beauté de l’humanité. Sans plus me soucier d’elle, je posai mes affaires sur ma table. Un cahier qu’on pouvait nommer de brouillon au vue de son état, une trousse des plus simples en cuir noir et mes deux trouvailles.  C’est avec prestance que je posai mon délicat postérieur sur les chaises confortables de mon havre de paix. Mon sac à mes jambes, il ne me restait plus qu’à faire la liste de ce que je  souhaitai retenir du Roi de l’horreur pour devenir son semblable. Vous pouvez y voir une certaine prétention à cette idée, mais apprenez à pardonner l’enfant qui découvre le nouveau monde au travers les yeux d’un jeune homme.

Je commençai mes premiers pas en désarmant un bic et feuilletant l’ouvrage. Je connaissais déjà celui-ci, à la lettre de quelques phrases clés, je retraçais dans mon esprit l’histoire. Je du avoir, sans mentir, un bon quart d’attention sur cette tache lorsque mon attention se fit happer, de nouveau, par le livre sans nom. La couverture semblait artisanat et rustique, pourtant il était d’une beauté si parfaite que j’avais l’impression qu’on venait tout juste de relier ses pages à l’aide d’une aiguille des plus fine. Intrigué, je posai mon stylo et prenais l’ouvrage dans mes mains. L’ouverture était étrange. De petites pinces métalliques semblaient  sceller  l’ouvrage. C’est un peu, à la manière d’un esprit peu doué, que je saisissais ma plume pour tenter de forcer l’ouverture. Après un à trois coups dans le vide, la clé improvisée m’échappât des mains et se lança à la conquête des vents. Je ne sais encore comment j’ai accomplit un tel exploit, mais cette jeune femme, si simple, venait de recevoir mon stylo sur le haut de son crâne et mon visage décomposé n’allait pas m’aider à cacher mon attaque involontaire.  Après quelques secondes à observer sa réaction, je laissai retomber mon livre pour me glisser silencieusement hors de ma chaise et aller lui présenter mes plus plates excuses. D’une voix basse et roque, légèrement amusé tout de même par la situation, je lui chuchotais à moins d’un mètre d’elle :

« Excuse-moi. Je ne sais pas comment je me suis débrouillé pour qu’il t’atterrisse dessus. J’essayai d’ouvrir un… »

Je plissais mes yeux avant de dire une bêtise. Si elle n’était pas d’humeur, elle allait croire que je suis un idiot qui ouvre des livres avec un stylo. J’étais très soucieux de ce qu’autrui pouvait penser de moi. De ce fait, je pris le temps de réfléchir un court instant avant de poursuivre mon explication qui ne trouvera probablement pas grâce à ses yeux.

« D’ouvrir des fermoirs. Ils sont un peu usés avec le temps. »

Observateur, je ne pu m’empêcher de regarder la lecture dans laquelle elle était plongée avant que je vienne bêtement la déranger. A la lecture de quelques mots, j’arrivai à mettre le doigt sur une œuvre classique, Oliver Twist. L’avantage quand on connait ses classiques c’est qu’il suffit parfois de presque rien pour remettre le doigt dessus.

Dodelinant de la tête, je fis une petite moue d’étonnement en reprenant le fil de la conversation.

« Le voyage de l’enfant de la paroisse ? J’ignorai que les nouvelles générations avaient un goût pour les classiques Londoniens. A moins que tu ne sois un de ces poissons qui nage contre le courant en lisant autres choses que les romans typiquement américain, bourrés de vampire, loup-garou et d’amour impossible. Après tout, ce ne sont que des remix, mal montés, de notre cher Shakespeare. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Electrifying - Kyle Jeu 25 Fév 2016 - 11:16

Electrifying
L'histoire commençait dans un regard, et demeurait dans un silence d'observation de l'autre
ft. Kyle
SPRING Perdue dans la contemplation des aventures d'Oliver, je ne fis pas attention au jeune homme qui s'était installé deux tables plus loin et qui tentait en vain, d'ouvrir un livre de nature rebelle.  Ce que je ne vis surtout pas, c'était ce stylo qui fendait l'air à toute vitesse et qui vint percuter mon front avec violence.

Je restai immobile, surprise. Puis leva les yeux vers le responsable, qui d'apparence, semblait aussi surpris que moi. Je me détendis alors, c'était le garçon de tout à l'heure. Je ne dis alors rien, mais je me penchais afin de ramasser le petit stylo qui était venu s'échouer entre mes pieds. Et alors que je me redressai, le jeune homme était déjà là, proche de mon visage, penché vers mon oreille, à moins d'un mètre. Probablement était-ce pour garder une sorte de discrétion vis à vis du lieu où nous nous trouvions, mais intérieurement, imaginais-je que c'était une sorte de bulle d'intimité, où seul l'inconnu et moi étions conviés.

Le jeune homme s'excusa alors platement, alors qu'au fur et à mesure dont sa voix parvenait jusqu'à mes oreilles dans un souffle chaud et rassurant,  un sourire se dessina sur mes lèvres légèrement rosées. La jeune homme m'expliqua alors qu'il avait désiré ouvrir un verrou qui semblait ne pas vouloir se laisser faire, aussi, je me penchais en avant afin de pouvoir regarder le dit verrou.

Mon regard se posa de nouveau sur le jeune homme, mes prunelles détaillant les moindres courbes de son visage, sculptant du regard son grain de peau. Il semblait si sûr de lui, que je n'osais même pas ouvrir la bouche afin de m'exprimer convenablement. Cependant, son visage doux me laissait penser qu'il avait compris que je n'étais en aucun cas hostile. C'est alors qu'il se pencha à son tour afin d'observer le livre que j'avais en ma possession, à plat sur ma table de lecture. Il observa les quelques lignes visibles, et j'observais son regard qui en disait long sur sa passion des mots.  

C'est alors qu'il me demanda si j'étais l'une des rares personnes, qui de nos jours, aimaient les vieux classiques aux nouveaux romans des auteurs populaires qui traitaient tous de thèmes sensiblement identiques. Ce qui se traduisait par de simples vampires, loups garous et autres thèmes plus au moins dans le même genre.

Je fermais mon livre puis me redressa sur mes jambes. Et bien que le garçon en face de moi soit de grande taille, j'arrivais aisément à l'égaler, je me baissais afin de ramasser mon sac, et de le mettre sur mon épaule.

" Je suis du genre à préférer les romans d'un auteur de qualité que des romans de gare d'un auteur contemporain... La finesse des mots et la subtilité du langage est quelque chose que j'aime par dessus tout, aussi, les livres tels que l'on en trouve aujourd'hui, manquent énormément, de mon point de vue, comment dirais-je... d'âme. "

Un sourire se dessina sur mes lèvres tandis que je lui rendais son stylo. Puis je contournais sa silhouette tout en l'observant, et me dirigea vers sa table. Je pris le livre qu'il essayait d'ouvrir, puis laissa apparaître un petit rire discret, sans moquerie ni sarcasme. Il s'agissait là d'un roman pour sorcier, dont l'histoire contenait des sortilèges afin de rendre la lecture des plus palpitantes. Je saisissais l"ouvrage en main, puis fis signe au garçon de s'approcher.

" Tu n'aurais pas pu l'ouvrir malgré tout tes efforts. Ce n'est pas un roman comme les autres celui-ci. Seul une caresse de magie peut l'ouvrir. "

Et tout en plongeant mon regard bleuté sur le jeune homme, je soufflais avec délicatesse sur le verrouillage de l'ouvrage, qui s'ouvrit peu à peu. Une fois celui-ci ouvert je le reposais sur la table, un sourire se dessinant de nouveau sur mes lèvres.

" Je m'appelle Blue... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Electrifying - Kyle Jeu 25 Fév 2016 - 16:47

Electrifying
Il était une fois, une princesse aussi belle que l'aurore et un prince aussi froid que la lame de la mort.
ft. Blue
BEAUTYFUL.La réponse qui quitta ses lèvres était si douce à mes oreilles que d’un geste dès plus discrets, je coupai le son de mes écouteurs. En plus d’être sympathique, cette jeune fille était une adepte du beau langage. Elle était gracieuse, souriante et presque … Ensorcelante ? Ah. Je compris pourquoi par la suite lorsqu’elle se leva, prit son sac et se dirigea jusqu’à ma table. Je ne saurai dire si c’était à cause de ses fins cheveux dont le shampooing me chatouillait les narines ou son parfum si léger qui me mit de bonne humeur. Elle semblait être une simple fée venant de quitter sa rose à peine éclose. Pour ces dames, le discours en image était comme une seconde langue à mes yeux. Inutile de croire que l’amour frapper mon cœur. Ce n’était pas le cas. Néanmoins, je ne pouvais qu’approuver les qualités appréciables de cette créature bipède qui, droite comme une jeune pousse se hissant vers le soleil, pouvait battre des cils et croiser ses jambes. Elle était l’une de ces rares jeunes filles qui incarnent la féminité même et en bon gentilhomme, je ne pouvais qu’apprécier la vue ainsi que sa compagnie.

Sans bouger de ma place, pensant qu’elle partait déjà, je me tournai à demi dans sa direction, les pieds enracinés dans le sol. Je cherchai une réplique à lui lancer pour poursuivre cette conversation qui venait si bien de commencer lorsqu’elle se rit du livre que j’avais trouvé quelques minutes plus tôt dans les rayons. Mes yeux bleus se plissèrent et j’approchai, méfiant, vers l’objet convoité. Se moquait-elle de moi ? Une caresse de magie ? Alors que j’étais plus qu’à quelques pas d’elle en me demandant ce quelle voulait dire, un miracle se produit sous mes yeux. Son regard intense me donna des frissons le long de mon échine et me rappela brusquement les yeux de l’inconnue du rayon. Suffisait-il véritablement de souffler sur cette fermeture pour l’ouvrir ou bien… Ou bien elle était une sorcière ! Une vraie de vraie ! Alors que mes yeux s’éclairaient d’admiration, tout devient plus clair dans ma tête. Voilà pourquoi je la trouvai si plaisante, l’attraction magique la faisait sortir du lot du commun des mortels lorsqu’elle se mettait en valeur.

Elle se présenta à moi si simplement que j’en fus troublé. Comment … Comment pouvait-on se présenter de manière si brillante suite à un tour de passe-passe. J’étais à la fois frustrée et surpris lorsqu’elle me donna son prénom. Les sourcils froncés, je m’humectai mes lèvres avant de lui répondre poliment.

« Kyle… Je suis enchanté. »

C’était le cas de le dire. Quand cet institut allait-il cesser de m’étonner de la sorte ? Mon attention se reporta sur le livre, ses pages étaient vierges.

« Un roman pas … comme les autres en effet. Comment … Comment peut-on le lire ? J’imagine que les textes sont cachés à la vue de ceux qui ne devraient pas en avoir l’accès. Tu aurais la moindre idée de … »

Je me penchai légèrement vers elle pour chuchoter de nouveau en balayant la salle du regard pour m’assurez que personne ne pouvait s’intéresser à nous.

« De ce qu’il ferait ici ? Il était dans le rayon des lectures divertissantes et je doute que cela soit sa place. »

Lentement je saisi l’ouvrage et tournai ses pages à la recherche d’un quelconque indice. Fallait-il faire apparaître les écritures avec du sang ? Le plonger dans le feu ? Souffler une fois de plus ? Le mettre simplement dans l’obscurité ou au contraire la lumière ? Peut-être que seuls les sorciers pouvaient les lire… Mon premier roman semblait soudainement bien moins intéressant qu’au début. Mais il y avait à présent plus intéressant, également, à mes côtés. Cette fille avait de la magie en elle. Elle n’était pas une mutation, elle était magique. Cela faisait-il des mutants des êtres impurs ou différents ? Lorsqu’on disait mutant, cela signifiait qu’on avait muté nos gênes, de manière naturelle pour évoluer ou non…

Je détaillai la jeune fille à côté de moi avec curiosité. Que savait-elle faire encore ? Etrangement elle me mettait moins mal à l’aise que tous ce que j’avais pu voir jusqu’à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Electrifying - Kyle Sam 27 Fév 2016 - 21:31

Electrifying
L'histoire commençait dans un regard, et demeurait dans un silence d'observation de l'autre
ft. Kyle
SPRING Lorsque le jeune homme se présenta et qu'il posa un regard troublé sur ma personne après la démonstration de mon savoir faire. Je ne répondis que par un sourire. Un sourire entendu, qui ne soulevait ni moquerie, ni gêne. Il soulevait simplement le fait que j'étais également enchantée, et je devais avouer que son nom était un prénom que j'appréciais, il était certes, commun, mais cela n'en affectait en aucun cas sa beauté.

Le regard de Kyle se posa ensuite sur le roman qu'il feuilleta avec hâte. Mon sourire s'accentua alors que le garçon se rendit compte qu'encore une fois, il ne pouvait pas apercevoir ce qui se trouvait à l'intérieur. Cependant, ce qu'il ne savait pas, c'était que moi aussi, j'étais dans l'incapacité de voir les écrits qu'il possédait également.

Il me demanda alors comment pouvait-on faire pour le lire, encore une fois je soupirais d'excitation. Et alors que mes longs cils caressaient mes joues l'espace d'un instant, le garçon se pencha de nouveau afin de murmurer à mon oreille. je me penchais également vers lui, et ses paroles caressèrent ma peau telle une caresse.

Lorsqu'il eut terminé, j'attrapais le livre d'une main, puis le referma afin de transporter plus simplement. De ma main libre, j'attrapais la manche de mon interlocuteur avec douceur et délicatesse, puis je l'invitais à me suivre avant de relâcher l'emprise que j'avais sur lui.

" Je pense que comme toi, il a été piqué par la curiosité du monde... "
Je m'arrêtais devant la porte des archives, et alors que je me retournais vers Kyle, un sourire malicieux se dessina au coin de ma bouche. Je poussais la porte et pénétra à l'intérieur. Je regardais autour de moi afin de trouver un endroit baigné dans la pénombre, et en attendant qu'il arrive, je soufflais sur les verrous afin que le livre veuille bien se laisser découvrir. Une fois que le déclic des verrous eu retenti, je posais l'ouvrage à terre et posa mon regard dans celui du garçon.

" Tu es prêt j'espère... "

Je n'attendis cependant aucune réponse, et de mes longs doigts fins, j'agitais l'air de la pièce qui commençait à s'assombrir peu à peu. Et lorsque nous ne pouvions plus qu'apercevoir la silhouette de l'autre, le roman transporta la pièce dans l'univers de son histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Electrifying - Kyle Mar 1 Mar 2016 - 11:20

Electrifying
Il était une fois, une princesse aussi belle que l'aurore et un prince aussi froid que la lame de la mort.
ft. Blue
BEAUTYFUL.Tel un enfant se faisant conduire par l’une de ses amies de jeux, je la suivais sans dire un mot avec enthousiasme. Si on m’avait donné la possibilité de choisir, à la naissance, j’aurai sauté sur l’occasion pour devenir sorcier ou magicien, enchanteur, nommez cela comme il vous plaira l’important étant que je n’aurai, en aucun cas, choisie d’être un mutant. Aussi, pour cette raison, j’allais me garder d’informer ma nouvelle amie de mon anormalité. Il était, peut-être, plus préférable qu’elle me trouve mortellement humain que mutant sans don extraordinaire.

Dans plus d’un film, j’avais pu voir à l’œuvre des sorcières choisir leur partenaire de vie. De rares fois, du moins dans l’histoire, elles choisirent l’un de leur semblable et je me posai à présent la question. Si j’étais victime d’un enchantement, est-ce que je m’en rendrai compte ? Est-ce que cela serait grave ? D’après les livres, toujours, il semblait impossible que des sorcières puissent tomber amoureuse et elles choisissaient des hommes dans le seul but d’engendrer un enfant. Malgré toutes mes questions tordues sur les diaboliques sorcières, je ne semblais pas le moins inquiet d’être happé par l’une d’elle. C’était même avec un entrain qui ne me ressemblait presque pas que je suivais cette sirène terrestre. Si elle avait été une vampire, je crois que j’aurai eu la même ardeur à la suivre. Cela ne ressemblait pas à de l’amour, pas même à de la séduction, plus une attirance soudaine pour une énergie merveilleuse qui vous enivre et vous rend heureux pour un rien.

Alors que nous arrivions dans la salle des archives, un endroit plutôt sombre et peu chaleureux, elle me lâcha le bras et s’attela à me montrer se qu’elle pouvait faire. Aussi muet qu’une tombe, je la regardai s’agiter avec élégance. Peu à peu, la pièce déjà sombre devient obscure et le plus incroyable se produit. Du livre se mit à sortir des petites vapeurs blanchâtres et lumineuses aux formes alphabétiques. Puis, en tout petit, des hommes aussi grands que des figurines de jeu à collectionner étaient en train de s’animer sur les pages vierges. Leur allure fumeuse les rendait fragiles et irréelles, mais c’était suffisant pour les voir. Curieux, je m’accroupie en tailleur face au livre pour mieux comprendre le discours de ces deux acteurs. Je ne pensais pas que la jeune Blue était celle qui les avait conçus. Elle était simplement la petite main qui met les piles dans un jouet pour que celui-ci prenne vie.

Nous étions attentifs et impressionnés jusqu’à ce qu’un élève, peu délicat, ouvre la porte des archives en grand et chasse l’obscurité. A voir l’air surprit qui était sur son visage, il avait probablement cru qu’il était arrivé à un moment peu opportun. Il n’avait pas vraiment tort. Comprenant qu’il pouvait y avoir un malaise, je décidai de m’étirer, de ramasser le livre et de me lever pour retourner dans la salle principale tout en adressant à Blue quelques mots pour l’inviter à poursuivre ailleurs.

« Ah ! Viens on va tenter de trouver un coin plus tranquille. »

En vérité, le livre mystérieux était devenu un sujet de second plan. Blue, faite de chair et de sang, était bien plus intéressante qu’un vieux livre poussiéreux et venant de moi, cette comparaison était un vrai compliment. Après quelques minutes à parcourir la bibliothèque, récupérant mes affaires au passage, je posai mes fesses dans un coin de lecture, confortablement installé sur des poufs, bien loin des autres visiteurs.

Avant d’agresser ma jeune amie d’une multitude de questions, je la laissai s’installer et rangeai le livre dans mon sac.

« Merci. Pour ce petit spectacle. Tu pratiques depuis longtemps ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Electrifying - Kyle Jeu 3 Mar 2016 - 14:49

Electrifying
L'histoire commençait dans un regard, et demeurait dans un silence d'observation de l'autre
ft. Kyle
SPRING Tout semblait être parfait. Mon accompagnateur scrutais le roman magique qui s'illustrait devant lui, le visage illuminé d'une excitation nouvelle.  Et alors que je scrutais son visage avec un sourire enchanteur, un garçon brisa la magie qui s'était instaurée dans la pièce. Devant son air étrange, je devinais qu'il devait s'imaginer que Kyle et moi étions intimes, avec un besoin irrépressible d'être proches en cet instant fatidique. Il bafouilla quelques mots que je devinais être des excuses, il ne bougea pas cependant. Aussi, Kyle m'invita à le suivre plus loin, afin de trouver un endroit plus tranquille. Cette phrase n'allait certainement pas me mettre plus à l'aise, je le suivais cependant, sans rien dire de plus, et en évitant le regard de l'intrus qui m'observait avec attention alors que je passais à sa hauteur.

Kyle attrapa ses affaires avant de se diriger vers un coin de la bibliothèque réservé à la lecture, et dont les lecteurs étaient réellement pris dans leur lecture. Je dévisageais chacun d'eux, et observais plusieurs émotions distinctes, comme s'ils ressentaient tout ce que le livre leur dictait de ressentir, joie, tristesse, envie, anxiété... Tout portait à croire qu'il s'étaient pris dans une histoire qu'ils ne contrôlaient guère. Kyle avait bien choisi son endroit, car, peu importe ce que nous pourrions dire, ou faire, nous passerions inaperçus.

Je replongeais mon regard sur le jeune homme tandis qu'il mettait le roman dans son sac, il se pencha ensuite vers moi, comme il se plaisait à faire depuis notre rencontre, afin de pouvoir me parler en toute discrétion. Un sourire se dessina sur le coin de ma bouche, alors que je me penchai vers lui. Ce comportement me plaisait, cela me faisait presque penser que nous étions plus ou moins intimes, pas de simples étrangers partageant un tour de passe passe. C'était comme si j'avais quelqu'un de cher à mon cœur, sans pour autant entrer dans des histoires de cœurs interminables.

Le jeune homme me remercia pour le spectacle, et mon sourire rayonna de plus belle.

" Ce fut avec plaisir "  

C'est alors qu'il me demanda si je pratiquais depuis longtemps. Je commençais à réfléchir, la magie faisait partie de notre famille depuis des générations, et au plus loin que je ne me souvienne, il n'y avait jamais eu que des sorciers dans cette même famille.

" Je fais partie d'une famille de sorcier, je ne pense pas qu'il y ait un seul non sorcier en réalité... Du coup, je pratique depuis mes plus jeune années, j'ai baigné la dedans. Et toi, tu as quoi de spécial pour avoir atterri ici ? "

Kyle savait l'essentiel de ma personne, mon côté magique qui l'avait tant inspiré et tant plu. Mais moi, je n'avais pas eu le chance de connaître la raison pour laquelle il avait été intégré dans cet établissement, je ne savais rien de lui à part son nom. Kyle avait l'air de quelqu'un d'ouvert et de calme, dont l'intelligence et l'amour des mots me plaisaient énormément. Je souhaitais connaître plus ce garçon qui semblait avoir beaucoup à offrir, tout en espérant rester détachée comme je le faisais à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Electrifying - Kyle

Revenir en haut Aller en bas

Electrifying - Kyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hide & Seek {Kyle}
» Kyle XY
» Kyle Cumiskey
» Roads Untraveled ? Sova / Kyle
» ♣ Aaron Kyle Cooper • Être l'homme, ou le frère...[VALIDE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institut Parker :: Hors-Jeu :: 2016-