Coucou Invité ♥ Et éventuellement bienvenue si tu es un newbie sans couleur !
Un sondage a été lancé, c'est par ! N'hésitez pas à justifier votre choix ! :mimi:
Pour tout nouveau personnage être de lumière, démon ou humain, 50 points te sont offerts dès ta validation !
150 points sont attribués dès ta validation en prenant un scénario, lien ou PV! Et en plus tu feras un heureux, what else ?
L'Agence S.P. qui lutte contre la criminalité surnaturelle a débarqué sur Institut Parker! Plus de détails ICI !

Partagez|

[Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Lun 11 Déc 2017 - 22:59







Le coin semblait abandonné. Mais c'est juste qu'il avait moins de prestance que le reste de la ville. L'obscurité de la nuit l'avait déjà enveloppé dans un ténébreux manteau sans étoiles. La nuit se distinguait à peine derrière les nuages et leurs voiles de brume offraient à l'atmosphère une ambiance sinistre. Il n'y avait personne dans les rues. Il faisait sûrement trop froid, ou trop sombre, ou trop tard. Quoi qu'il en soit, dans une allée aussi désertique que le reste du quartier, mais avant tout plus reculée encore, et oubliée des passants, un feu brillait. Jake l'avait allumé avec l'aide d'un briquet qu'il avait trouvé. Dans un vieux baril rouillé, il avait su y allumer de petites flammes chaleureuses. C'était suffisant pour le préserver du froid actuel. Isolé dans la pesante obscurité, la lueur des flammes éclairant son sombre visage, il se tenait assis devant la fleur rouge sur un banc posé là depuis toujours.

On entendait que le crépitement des flammes qui dansaient avec énergie. De belles danseuses ardentes qui semblaient vouloir se déhancher toute la nuit en suffoquant, essoufflées, fatiguées mais déterminées à encore danser, encore s’étaler, s’étirer dans les airs et la fraîcheur nocturne, déterminées à poursuivre leurs mouvements qui, par leur agitation, apportaient la chaleur demandée par celui qui leur avaient permis de s’exposer ainsi et qui les observaient de son regard verdoyants. Ces flammes pour seule compagnie et ces crépitements pour seul bruit lui convenait parfaitement. Devant cette lueur mouvementée, le jeune homme leva un pan de sa veste noire pour fouiller dans une de ses poches intérieure. Il y sortit finalement une vieille photo, aux plis nombreux, déchirée, abîmée. Elle y représentait une femme. Une femme aux yeux d'émeraude et à la longue chevelure ébène. Les déchirures à ses côtés prouvaient que quelqu'un d'autre jadis trônait avec elle sur ce carré de papier.

- Cela fait trois ans aujourd'hui, fit-il alors tandis que son regard se perdait dans ce qui semblait être pour lui l'objet le plus précieux du monde, j'imagine que tu ne dois pas être très fière de ce que je suis devenu. Je m'en excuse...Je ne peux pas être autre chose après ce que je t'ai fais...Tu as toujours eu l'espoir que les choses un jour s'améliorent. Je ne pourrais jamais me pardonner d'avoir brisé tous tes espoirs...Je n'aurais jamais dû être ton fils. Au fond, lui était vraiment un monstre mais...Il avait vu juste en moi. J'en suis un aussi. Quoi qu'on en dise. On ne peut éviter sa vraie nature.

Le jeune homme se frotta un oeil humide, la chaleur trop forte des flammes n'arrangeant rien.

- Je te demanderais jamais pardon. Mais tu sais, il ne se passe pas un jour sans que je m'excuse de ce que j'ai fais...






•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 


Dernière édition par Jake Gordon le Mer 13 Déc 2017 - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Lun 11 Déc 2017 - 23:44


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


Panama Park, n’étais pas un endroit très fréquenté ou très bien famé, mais vivaient ici beaucoup de personnes, dont une que je connaissais. Il était comme la majorité des personnes de l’endroit, noir de peau. N’en pensais pas que sa me gêne, mais la plupart d’entre eux était assez douteux, surtout au vu des derniers événements d’un deal de drogue qui c’était mal passé. Une maison brûlée, un homme égorgé en pleine rue. Rien qui n’était pour moi choquant, mais mon ami de l’armée qui y vivait après avoir était rapatrié lui, avait était secoué. Il avait voulut me parler des derniers événements de sa vie et je n’avais pas eut le cœur à refuser, quand bien même j’avais mes propres problèmes. Entre camarade, ont se refuse rarement des rencontres. Alors je suis allé le voir toute la journée. Ont est sortie un peu, ont à beaucoup discuté. Ont c’est échangés nos problèmes, il m’a donné des conseils je lui en ai donné, en bref, ont à vidé nos sacs. Je trouvais ça, curieusement plus agréable et aisé que le psy, dont j’avais l’impression qu’il me jugeait pour se qu’il avait lu sur mon dossier et non se que je disais ressentir. Un enfoiré.

Finalement, après avoir mangé chez mon compagnon d’infortune, j’ai décidais de rentrer.
- « Fait attention à toi, me dit-il, de drôle de type rôde parfois la nuit. Probablement des dealers.
- T’inquiète, je ne compte pas finir comme l’autre. Je répondis en faisant référence à l’incident cité. Je le jaugeais, le voyant bien plus raide et tendue que tout à l’heure.
- J’te l’dis quand même. Fait gaffe à toi. Ont est jamais trop prudent. »
Après cet échange, il me salua une dernière fois d’une tape dans le dos et une main chaleureuse sur l’épaule, avant de me laisser partir. Soupirant, je descendis les marches de sa baraque, repensant et remâchant les mots qu’ont avaient eut. Certaines vérités avaient étaient dites, durant cette rencontre et bien que nous nous étions promis de rester en contact, il était parfois difficile de garder ses promesses. Je boitais, fameuse canne en main, dans la rue. Pas possible d’avoir un bus dans se quartier, alors il faudrait que je le quitte pour accéder à un arrêt de bus. Evidemment, avec ma chance, j’étais presque sûr d’être aborder par les dits type louche ou bien qu’il m’arrive une saloperie.

Le camarade m’avait bien proposé de dormir chez lui, mais j’avais refusé. Il fallait que je rentre à l’Institut, j’avais cours demain et valait mieux pas être en retard. Cependant, l’avertissement de se dernier résonnait encore dans mon esprit et prenait moi pour un parano, mais en temps que soldat, avec toutes les choses absurdes, grotesques et stupides qui vous arrivent, vous finissez par garder cette habitude de vous attendre au pire. Mon ami ne m’avais pas avertis au hasard et savait que quelque chose se préparer ou du moins l’ambiance du quartier ne lui disait rien qui vaille. Donc, mieux vaut être prudent, je choisissais de disparaitre dans un voile d’obscurité, me rendant invisible aux yeux du monde qui m’entoure. Par précaution pour éviter de croiser du monde, je m’aventuré dans des ruelles sombres un peu moins fréquentées, mais plus sécurisées sans compter qu’au moins je pourrais voir ou entendre les ennemis arriver plus facilement. Des espaces clos ou du moins, moins large, était préférable parfois. Comme il n’y avait pas de risque de bombe, je pouvais me permettre un espace fermé plutôt qu’ouvert. C’est en marchant à travers les ruelles sans me rendre visible et essayant d’être le plus silencieux possible que je me rendis compte d’un feu brûlant dans les ténèbres perdues de ce quartier.

Normalement, je ne me serais pas arrêter, il ne s’agissait peut-être que d’un SDF, mais rare était à cette heure-là, les SDF dans la rue. Même ici à l’arriver de l’hiver, ses derniers trouvaient toujours de quoi s’abritait pour sans trop sortir, certain en préférait même être prit en flagrant délits de vol pour aller en prison et être au chaud pour passer l’hiver, que de rester dans la rue. Donc oui j’étais curieux de savoir qui à cette heure était dehors. Certainement pas, n’importe qui. Quelqu’un qui était préparer à passer une soirée éveiller s’il avait allumé un feu en tout cas, parce que sinon, il risquait l’hypothermie sans vêtement adéquat et vu que les SDF n’avais généralement pas grand-chose, je doutais sérieusement qu’il avait de quoi se tenir au chaud. Contrairement aux apparences la saison serait froide les sans abris mort de froid n’était pas rare. Donc oui, je comptais bien savoir si la dite personne était au moins au chaud. Cela me tarauderais tout le chemin sinon, de savoir si la dite personne était en bonne santé. Vous imaginez, si je passais à côté de lui, alors qu’il est en train de mourir de froid ou de faim et que je ne faisais rien ? Oui je sais, instincts poussaient à l’extrême au point d’en devenir ridicule, mais j’y pouvais rien.

C’est donc en soupirant d’exaspération à ma propre stupidité, que je m’aventurais, sans dévoiler ma présence en direction du feu. Plus je m’approchais et plus je remarquais que cette silhouette m’étais familière, sans savoir pourquoi. Ce n’est que lorsque j’étais à environs trois mètres que le feu éclaira suffisant le visage pour que je voie de qui il s’agissait. Et bon sang de bonsoir, c’était à croire que le destin s’acharnait ! Jake bordel de merde ! Cela devait bien faire presque un mois, qu’ont ce n’était pas vu. A croire qu’ont ne pouvais pas rester éloigner longtemps. Mais je ne pouvais définitivement pas le laisser dans cet état ou du moins dehors. Me rendant visible mais toujours dans l’ombre, je m’approchais désormais de manière audible.
- « Décidait à faire une nuit blanche Jake ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 0:40







Il pensait faire attention, comme d'habitude. Mais la vérité était-elle qu'il s'était égaré dans ses pensées et que sa garde en fut baissée. Cependant, on ne pouvait pas le blâmer de ne pas avoir pu voir quelque chose d'invisible non loin de lui. La lueur des flammes avait tant hypnotisé son regard que la nuit autour de lui semblait aussi noir que le néant. La lumière des vieux lampadaires paraissait pâle et sans effet. Mais Jake pouvait s'estimer heureux d'être tombé sur ce briquet. Un fumeur avait dû l'égarer en essayant de le remettre dans sa poche. Les nuits se faisaient de plus en plus fraîches, mais cela n'inquiétait en rien l'adolescent qui avait déjà connu les hivers New-Yorkais, bien pire que cela. Il avait tout de même eut raison de voyager vers le sud pour atterrir à Jacksonville.

Ce quartier était de loin l'un des quartiers qui lui convenait le mieux. Les dealers savaient qu'il n'avait pas d'argent et se moquaient bien des SDF de son gabarit. Dans le pire des cas, ils essayaient de leur promettre une vie meilleure en les entraînant dans leur manigance. Plusieurs avait déjà tenté le coup du temps où il traînait dans les bas fonds de la grosse pomme. Fort heureusement, jamais il ne s'était laissé allé dans cette fois. Pour lui, la drogue n'était pas mieux que l'alcool. C'était une saloperie comme beaucoup de vices inventé par l'humanité. Quand aux gens plus honnêtes, il était tout naturellement qu'ils ne s'approchaient pas plus de personnes louches tel que lui. Dans tout les cas, on avait tendance à lui foutre la paix. Mais c'était surtout le fait que ce n'était pas la zone la plus peuplée de la ville qui le faisait se rendre ici. Et la nuit, comme maintenant, pas même un chat traînait dans les rues.

Du moins, c'était ce qu'il croyait. Soudain, la silhouette trop bien connu de John apparu dans son champ de vision. Il eut un peu de mal à y réagir immédiatement. Il détourna son regard des flammes pour le déporter sur la personne qui venait de faire irruption dans la noirceur de la nuit. Même si le phénomène de leur rencontre avait tendance à se répéter dans le plus grand des hasards, Jake en serait toujours étonné. Il se figea devant l'homme qui venait de se rendre visible devant lui. Les jours s'étaient écoulés un peu plus depuis leur dernière rencontre. Jake ne saurait plus dire à quand elle remontait mais il était évident qu'il ne s'attendait pas à le recroiser dans ce genre d'endroit. Ailleurs peut-être, mais pas ici.

- Quoi, c'est vous ? fit-il étonné.

C'était à se demander si c'était vraiment le plus grand des hasards qui l'avait amené ici. Mais il ne voyait pas trop de quelle autre façon cela avait-il pu se produire. Il y avait un moment maintenant qu'il s'était dit qu'il serait contraint de le revoir plus qu'il ne le pensait à la base, notamment parce qu'ils vivaient dans la même ville et que le soldat lui-même lui avait avoué être souvent dehors. Mais Jake n'était pas forcément non plus d'humeur à devoir supporter une quelconque présence cette nuit. Plus que d'ordinaire on va dire. Il aurait aimé pouvoir savourer ce petit instant de recueillement sans interruption de ce genre. Sur ce, il rangea expressément la photo déchirée avant de répliquer :

- Qu'est-ce que vous voulez ?!




•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 1:07


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


Il était visiblement d’une humeur massacrante, aujourd’hui. Enfin, plus que d’habitude. C’était son comportement par défaut, même à le voir comme ça. Je me demandais sérieusement s’il lui était arrivé de ne pas jeter les gens comme des sacs à merde, ou bien si au contraire, il le faisait toute la journée ? Je n’étais spécialement venue pour le voir lui, pour une fois, juste par curiosité – sans aucun doute un peu de paranoïa également – et un brin d’instincts un peu trop haut la nuit. J’avais tendance à être plus que prudent, lorsque le soleil se couchait, après tout, tout les chats sont gris la nuit et bien des choses peuvent arriver, même à des innocents. A sa question pour le moins agressive cependant, je ne pus m’empêcher de me dire que je ne voyais la raison de sa colère. Probablement une mauvaise journée.

Se qui en soit, était vrai. Je n’avais pas tellement décidais de rester, mon cerveau un peu trop têtu l’avait fait à ma place, mais je sentais déjà l’ambiance mauvaise ou plutôt la chape de béton qui régnait en maître sur l’ambiance de l’endroit. Il aurait rendu un troupeau de d’optimiste drogué au LSD dépressif en moins de trois seconde chrono en main. Je roulais des yeux à sa question, d’un air visiblement habitué à son humeur mauvaise.
- « Qu’est-ce qui te fait dire que je veux quelque chose ? Je ne faisais que passer. »
Et c’était vrai. Même si techniquement, j’avais dévié de ma route principale, mais ça, il n’avait aucun moyen de le savoir, surtout que je l’avais à la base fait pour éviter de rencontrer d’éventuelles mauvaises personnes. Un bruit de poubelle qui tombe attira cependant mon attention, je tournais la tête dans le plus grand des calmes, écoutant attentivement les sons. Des grognements. Probablement un combat de chat de rue. Je reportais mon attention sur le feu.

- « Puis-je me permettre de te demander se que tu fais ici ? »
Non, je n’étais pas moqueur, pas plus qu’amusé, ironique ou sarcastique, j’étais d’un ton neutre tout au plus, de mon calme habituel. Je préférais éviter de traîner trop longtemps dans la rue, mais je ne pouvais pas le laisser seul non plus. Vu son caractère, il allait finir par irrémédiablement me jeter, donc de toute manière, sans ne changeais pas grand-chose. Peut-être que je devrais juste partir, s’il ne voulait pas de moi ici, je ne pouvais rien y faire et je n’avais franchement pas envie de me faire aborder par tout les connards du coin qui pourraient se pointer. Il ne le savait peut-être pas le Jake, mais depuis l’incident de la maison et du meurtre, les dealers devenaient assez violent avec tout ceux qui refusaient d’obtempérer avec leurs petits désirs à la con. Probablement que pour eux, y’avais un seuil de tolérance zéro avec les gens extérieur pour éviter les embrouilles et les malversations. Je baissais les yeux vers les flammes en me demandant bien s’il aurait assez de bois pour le feu, tout en sachant que la réponse serait non.

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 1:25







A la base, il n'avait pas prévu de répondre aussi agressivement à l'homme devant lui. Il n'avait pas oublié l'aide précieuse que ce gars là lui avait offert il y a maintenant plus d'un mois. Jake oubliait rarement ce genre de chose. Mais le ton était sortit seul ainsi de sa bouche, sans qu'il ai pu changer quoi que ce soit. Il ne s'était simplement pas attendu à cette visite et aurait à la limite préféré qu'elle soit reporté à un autre jour même si maintenant c'était trop tard. Il se sentit encore plus embarrassé lorsque l'homme lui avoua qu'il ne faisait que passer, ce qui était sûrement vrai mais encore une fois, ce n'était pas le genre d'endroit où il pensait le voir un jour.

- Vous ne faisiez que passer ? A cette heure ? Dans ce coin perdu ?

D'accord, c'était un ancien soldat mais ne poussait-il pas un peu les limites de la normalité malgré tout en empruntant des passages aussi risqué ? Dans des conditions pareilles ? Si le jour, on pouvait déjà difficilement le comprendre, ça en devenait réellement étrange au beau milieu d'une nuit hivernale. Soudain, un son non loin, mais invisible dans l'obscurité de la ruelle, se fit entendre. Loin d'être aussi calme que John, Jake dévia également son attention dans cette direction mais ses yeux ne pouvaient percés la noirceur qui dominait plus loin. Seule la lueur des flammes protégeaient les deux protagonistes des ténèbres environnants. Jake se tourna à nouveau vers le vétérans lorsque celui-ci lui demanda ce qu'il faisait ici.

- Je-euh...Rien, vous voyez pas ? J'me chauffe. Ce serait plutôt à moi de vous poser cette question.

Il renifla. Possiblement à cause du froid ou...d'autre chose. Il faisait son possible pour baisser d'un ton, sans réellement y parvenir. Il ne pensait pas devoir lui parler ainsi, surtout que leur dernière rencontre s'était passé relativement au calme. Ce soir, c'était comme s'il y avait eu un pas en arrière. Mais face à autrui, il ne pouvait exprimer sa tristesse que par la colère, telle une barrière de défense. Ne pas paraître faible face à l'autre.



•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 1:45


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


Je relevais les yeux à ses questions incrédules et je ne pouvais que le comprendre. La coïncidence était de taille, presque mystique à se niveau, même si je ne croyais pas à Dieu ou bien au Destin. Pourquoi ? Parce que si Dieu existait, c’était un bel enfoiré de laissez ceux qu’il considère comme ses fils crever la bouche ouverte et pour le Destin, il n’existe pas en se monde, de force inébranlable qui rends les choses écrites avant qu’elles ne le soient. Peut-être que j’étais trop terre a terre ou désabusé, mais moi, la seule constante que je pouvais voir dans se monde, c’est la mort. Aussi morbide que cela sonne.
- « Oui. Aux trois questions. Même si pour le coin pommé, j’admets qu’il s’agit là plus de précaution inutile que de mon chemin de base. »
Je penchais la tête légèrement sur le côté, l’observant un peu.

Il ne manquait pas d’air, quand même, se gosse. Me demandait se que je fous là alors que c’était lui qui était planter prés d’un tonneau à se réchauffer, comme le dernier des clodos. Et en plus il osait me dire que je ne voyais pas se qu’il faisait ? Evidemment, que je voyais bien qu’il se chauffait. Mais pourquoi ici, qui était un quartier plutôt froid, alors que d’autre en centre-ville, ferait bien mieux l’affaire.
- « J’étais venu voir un ami. Il m’a dis que sa craignait dans les environs, alors j’ai fait un détour et j’ai atterris ici. »
Atterris cci, comme si c’était le hasard ou bien que je ne savais pas même ou je posais mes guibolles. Un pieu mensonge, en soit, parce que ce n’était qu’une semi vérité sans mentir. Et puis de toute façon, je ne voyais pas l’intérêt de mentir, parce que je n’avais rien à cacher. Il semblait nerveux, énerver, mais il y avait quelque chose, qui le rendait aussi… Agressif. Il ne l’était par simple envie, je l’avais comprit depuis longtemps, mais quelque chose semblait l’ennuyer et je n’en semblais pas être la simple cause – oui Jake, je sais que ma présence t’emmerde, c’est pour ça que je reste la plupart du temps ! – mais il serait difficile de lui arracher les vers du nez.

- « J’avais remarqué que tu t’chauffais, mais je veux dire, pourquoi ici ? Le centre-ville serait un bien meilleur endroit pour se genre de chose. Il y fait plus chaud. »
Je notais également qu’il avait une drôle de tête comme s’il retenait quelque chose. Impossible de savoir quel sentiment traverser son corps marquer par le temps et l’usure, plus qu’un jeune de son âge, mais il y avait définitivement quelque chose qui n’allait pas, chez lui se soir, plus même, que d’ordinaire.

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 2:11







Plus de précautions inutiles ? En empruntant un passage aussi lugubre ? Bon, Jake ne pouvait pas le blâmer sur ça dans le sens où il s'y trouvait aussi, dans le passage lugubre. Sauf que lui, ses précautions, c'était justement de se fondre dans la noirceur des abysses. Car c'était bel et bien les espaces découverts par où passait le peuple qu'il préférait de loin éviter. Ce n'était pas une nouveauté pour le jeune mutant que de traîner dans ce genre d'endroit. Le soldat ne devrait même plus s'en étonner. Il aurait pu tomber sur un tout autre SDF ayant eu l'idée d'user de ce baril pour y mettre le feu et profiter de sa chaleur. Ce genre d'objet se voyait aussi dans le centre-ville, sous les ponts, où plusieurs sans abri venaient se retrouver autour du feu.

L'homme expliqua alors qu'il se trouvait ici uniquement parce qu'il était venu voir un ami. Voilà qui était déjà plus clair. Mais quitte à prendre l'avertissement de son ami au sérieux, ce n'était pas franchement une bonne idée de faire des détours dans ce genre de quartier, sauf peut-être si on le connaissait très bien. Jake ne savait pas trop si John connaissait bien le quartier ou non, mais il y avait des chances pour qu'il ne le connaisse pas aussi bien que lui.

- Mouais, il a raison,
marmonnait presque le jeune homme, si ça peut vous rassurer, y'a personne dans le coin pour l'instant.

Lui même s'en était évidemment assuré avant de décider de s'y installer. Jouant toujours de la prudence, le jeune mutant ne se serait bien sûr pas posé dans une zone à risque et avait déjà fait le tour des environs pour s'en assurer. Ca ne voulait pas dire que ça sera toujours le cas, certes, mais pour le moment, il devrait être tranquille pendant un bon bout de temps. Il laissait son instinct et son expérience des rues en juger. Jake replia une jambe contre lui, la semelle de sa bottine se reposant sur le métal du banc qui, de part l'effluve du temps, commençait seulement à perdre sa peinture. Il posa un bras sur ce genou ainsi remonté en accoudoir tandis que John lui demanda pourquoi il avait choisi cet endroit plutôt que le centre-ville. Il ne répondit pas tout de suite. Il poussa un long soupire en reposant son regard d'émeraude dans les flammes qui se dandinaient joyeusement devant lui. Elles étaient bien les seules, dans le coin, à être joyeuses et ces imbéciles ne s'en rendaient même pas compte, sans consciences qu'elles étaient.

- On est jamais tranquille au centre-ville...répondit-il finalement après ces quelques secondes silencieuses.





•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 2:28


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


Me rassurer que y’est personne dans le coin ? Pas tellement. Ca, c’est le paradoxe du soldat. Parce que voyez-vous, si y’a personne dans le coin, ca veux dire que quelque chose de dangereux y rôde normalement. Pourtant si y’a quelqu’un ont prierait pour que y’est personne. Une sorte de volonté de ne pas avoir à se méfier de tout et de rien, tout en sachant que ce n’est pas possible. Donc non, sa ne me rassurait pas vraiment. Un endroit désertique par conséquence, l’était soit parce que le danger qui s’y trouvait y était trop grand, soit parce que l’environnement n’était pas propice. Ici, c’était le premier cas. Autant dire que sa me donnait pas tellement envie de le croire.
- « C’est justement pour ça, qu’il faut se méfier. C’est quand y’a personne, que le danger arrive. »

Le danger arrive toujours quand ont s’y attends le moins. Dans le silence, dans le dos, parmi tes camarades ou bien des chasseurs talibans dans les montagnes, par des coups de feu perdus, des ricochets. Les parties les plus vicieuses du monde se relève dans le silence et quand personne ne regarde, quand l’œil est tourné ailleurs. Ont regarde à gauche et pas à droite, on se prend une balle de sniper dans la tête sans même s’en rendre compte. Le bruit du corps qui tombe et résonne sur le pavé de béton, le danger invisible, qui n’est jamais là mais qui observe, qui est toujours loin, hors de porté, mais lui, il peut vous toucher. Evidemment ici, il n’y avait pas de sniper, du moins, pas au dernière nouvelle, mais sa n’empêcher pas la méfiance. La prudence. Surtout dans des endroits peu fréquentés.

Personnellement, je ne savais pas quoi choisir, entre centre-ville et endroit miteux du genre. Le centre-ville était nettement mieux en termes de sécurité, plus de population voulait dire moins de risque d’être une cible potentielle directe. Mais cela donnait lieu à des conflits de territoire. Pour se qui était de se genre d’endroit, si la liberté était assez grande, personne n’était là pour dire stop en cas de problème. Si ont n’as pas d’arme pour se défendre, alors, c’est la mort au tournant. Ici, bien que ce ne soit pas le pire des lieux, ce n’était pas le mieux non plus. Je regardais autour, promenant mes yeux dans l’obscurité. La fixer ne servait à rien, ont ne verrais rien bouger. En revanche balayer était plus efficace, comme une tourelle. Plus de surface couverte, plus de possibilité pour détecter un mouvement car l’œil y est momentanément attiré. Si on fixe la noirceur, les mouvements semble figeait, comme agglutinés à cette dernière, ont ne voient rien se produire.
- « En terme de tranquillité, je ne suis pas sûr que cet endroit soit le meilleur choix. Mais je ne connais pas les lieux. Donc je suppose que t’y connais mieux que moi. »
C’était plus qu’une supposition. Il rôdait bien plus souvent que moi. En terme d’éclaireur, il aurait était une vrai bête.

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 7:21







Il avait sans doute raison. Sur certains points du moins. Mais outre la sécurité, Jake recherchait l'absence de monde, donc le centre-ville était la première chose à éviter. Plus particulièrement parce qu'il s'était senti le besoin d'être expressément reculé dans une partie de la ville peu propice aux balades nocturnes. Ici était un bon choix. Le soldat disait qu'il trouvait que le danger avait plus de risque d'être présent dans un endroit où il n'y avait personne. Jake ne raisonnait pas de la même façon que lui. Au pire, lui était là, donc on ne pouvait même pas dire qu'il n'y avait personne ici même. Avant l'arrivée de John, il se sentait réellement comme seul au monde. Comme s'il n'y avait eu plus que lui sur toute la planète. Peu étaient les bruits, zero étaient les présences à part la sienne. La solitude avait toujours été sa plus fidèle amie. Elle ne le quittait jamais et lui ne voulait jamais la quitter. Mais cette nuit, cette solitude n'avait été désirée que pour pouvoir, au final, apaiser ce sentiment d'abandon par le recueillement d'un souvenir.

- Exactement, je crois que je connais l'endroit bien mieux que vous !

Oups. Encore un petit excès de colère. Cette fois-ci il s'en rendit compte un peu plus rapidement, et son visage de rage s'effaça quasiment instantanément. Maîtriser ses émotions, ce n'était pas son truc, sinon il n'aurait pas tant de soucis avec son pouvoir. Par chance, la colère ne le provoquait pas.

- Ok, vous ne la méritiez pas celle-là, fit-il finalement.

Il se frictionna un peu les mains devant la rougeur des flammes avant de poursuivre :

- Ce que je veux dire, c'est que c'est évident que je connais la ville mieux que vous.

Et si au niveau de la tranquillité, c'était pas le seul endroit qu'il y avait, c'était néanmoins l'un des plus tranquilles effectivement. Pour le moment du moins. Chaque quartier avait ses horaires. De toute façon, Jake avait tendance à se déplacer et se poser un peu partout dans Jacksonville. Northside ne faisait pas exception. Un jour ici, un autre jour ailleurs. Ca aussi, il considérait que c'était de la prévention, ne pas trop traîner à chaque fois au même endroit. C'était une habitude qu'il avait prise. Mais il était clair qu'avec l'approche d'un hiver de plus en plus rude, il allait devoir se trouver meilleur endroit pour les nuits glaciales. Effectivement à l'avenir il restera plus proche du centre-ville. Détournant le regard de l'homme, il se remit à fixer inlassablement les flammes sans vraiment faire attention à elles pour autant. Il ne savait pas encore combien de temps elles pouvaient tenir mais pour le moment encore elles battaient à plein régime.





•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 13:39


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


A sa réponse sans coup férir, je ne contentais d’hausser un sourcil, son visage contracter dans une grimace de rage, sembla s’adoucir juste après ses paroles, comme se rendant compte de son ton mal placé. Je ne lui en voulais pas, après tout, ont pouvaient tous avoir des problèmes et des moments de faiblesses. Pas que sa voulait dire qu’il avait le droit de s’en prendre à moi, mais je ne lui en tenais pas rigueur, surtout qu’il était clair comme le jour qu’il n’était pas dans son assiette. Il avait l’air d’être assez lunatique, cependant, de base. Il me faisait penser à mon ancien sergent instructeur, qui passait du fou rire à une humeur massacrante en moins d’une seconde. « Bordel de merde, Wincott, j’ai déjà vu des épis de maïs avec plus de vitalité que toi ! » il me disait tout le temps. C’était mon surnom d’ailleurs à l’époque. « Brin de maïs », parce que j’étais maigre et pas très costaud.

J’étais tel le roseau, pliant sous le vent, mais jamais ne cassant. Une vrai bête au parcours du combattant, j’avais même crée le nouveau record avec une minute quarante huit au compteur pour trois minutes en moyenne, autant dire qu’après j’avais eut des crampes qui m’ont durées des jours. Reportant mon attention sur mon compagnon, j’haussais simplement les épaules à la réitération de ses propos, cette fois, bien moins agressif.
- « Pas d’offense. »
Je lui répondis simplement. Parce que c’était vrai. En revanche, il était clair qu’il était perturbé par quelque chose, quoi, impossible à savoir pour l’heure. Il était évident que se serait difficile de fouiller sans qu’il ne se braque, se qui était normal, mais il n’allait pas bien. Et généralement, je n’aimais pas laisser les gens qui allaient mal. Il fixait le feu en reniflant. Malade ou bien ? Probablement qu’il était malade. Sa expliquait son air un peu étrange peut-être. Je suivais son regard dans les flammes.

Il était approximativement vingt deux heures ou vingt trois heures – je levais la tête pour voir la lueur de la lune en partie cachée par les nuages – et vu la taille du feu, se serait un miracle, s’il tenait deux heures de plus. J’avais bien une technique pour qu’il consomme moins tout en chauffant plus, mais vu que le feu était déjà démarré, pas question d’y foutre les doigts dedans, je laissais ça a mon ancien capitaine d’unité, qui pour une raison assez étrange adorait le feu. Ont l’avaient secrètement surnommé « pierre à feu », comme pour la famille du dessin animé. Ca lui allait tellement bien.
- « Quelque chose qui te tracasse ? »
Je n’avais pas besoin de précisé le pourquoi de la question, il le savait assez bien lui-même. Je n’allais pas le forcer à parler, il me prenait déjà assez pour un emmerdeur, mais j’étais comme ça. Pas lâcher le morceau, c’était un truc que je tenait de mon père, chiant autant pour lui que pour moi, parfois, mais je devais faire avec.

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 18:29







Au moins, le soldat n'était pas le type le plus rancunier du monde. Enfin, c'était ce que Jake pensait en tout cas. Après, que le ton qu'il avait pris ait dérangé ou non le vétéran, ça il s'en serait moqué comme de l'an 400 au pire. Par ailleurs, le jeune homme ne se serait pas corrigé s'il ne connaissait pas autant John. Enfin, connaître, c'était encore un bien grand mot. Mais il ne pouvait nié que l'homme était effectivement sa seule connaissance dans la vie. Et il ne savait pas trop à quoi s'en tenir avec lui désormais. Quand bien même il ne le considérait plus comme un ennemi ou une menace potentielle, il ne parvenait pas à lui faire confiance.

L'ex soldat lui demanda si quelque chose le tracassait. Jake aurait dû s'en douter, qu'il finirait par s'en rendre compte. A vrai dire, il espérait qu'il parte bien avant cela. Mais il savait désormais à quel point ce type était tenace quand il voulait savoir quelque chose. A nouveau, Jake prit son temps pour répondre, redressant les yeux vers l'homme dont la lumière du feu bougeait sur son visage au bon vouloir du mouvement des flammes.

- Non pas vraiment, finit par répondre le jeune homme.

Ce n'était pas tellement que ça le tracassait. Ce n'était pas là le sentiment adéquate. Il n'était simplement pas vraiment dans son assiette à la faveur de la nostalgie. C'était une chose qui lui arrivait plus souvent qu'il n'y paraissait. Ca ne quittait jamais son esprit. La plupart du temps, ça restait dans un coin et ça revenait en avant quand il n'avait pas autre chose à penser. Se perdre dans les méandres du passé était malheureusement une activité courante. Ca lui taraudait l'esprit jusque dans ses rêves.

- Pas plus que d'habitude, ajouta t-il.

Ca en revanche, ce n'était qu'à moitié vrai. Vrai dans le sens où cela n'était pas occasionnelle, faux dans le sens où aujourd'hui restait un jour particulier malgré tout. Le jour où il avait tout perdu, voilà désormais trois ans. Pour lui, ça lui avait déjà paru une éternité. Le temps ne passait pas quand on vivait sur les sentiers d'antan.




•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 19:13


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


Pas très tacite non plus, le petit. Je ne pouvais pas le blâmer, ont avaient tous des moments de blues et moi le premier. J’étais mal placé pour critiquer ou dire quoi que se soit contre le sujet. Il était clair que parler du sujet en question était se mettre un couteau sous la gorge, il n’allait sans doute pas cracher le morceau et encore moins à moi. Je n’étais moi-même pas un confident de n’importe qui, mais surtout pas quelqu’un qui à ses yeux, méritait d’en savoir plus. Ce n’était pas en quoi… Cinq rencontres en comptant celle-ci, qu’ont pouvaient faire confiance à quelqu’un pas même en quelques années, alors ont étaient loin du compte pour qu’il parle sur ce qui pouvait bien le rendre plus solitaire que d’habitude.
- « Tu comptes faire quoi une fois le feu éteint ? Pas rester dehors j’espère. Tu va crever de froid. »

Celle-là, par contre, était vraie. Cette nuit aller pas être des plus agréables et encore moins sans feu, vu qu’il ne tiendrait pas longtemps. Probablement qu’il s’en fichait et qu’il allait m’envoyer paitre, mais comme il devait sans douter, ça n’allait pas m’empêcher de m’inquiéter pour lui ni même me faire partir. Donc probablement qu’il ne se montrerait pas agressif ou du moins, pas pour me faire partir. Toujours est-il, qu’il fallait que je trouve un moyen de le faire parler. Peut-être que l’irriter de ma présence, finirait par le convaincre de me dire se qui n’allait pas, pour peu qu’il veille me faire partir. Probablement que sa n’arriverait pas, mais il fallait bien espérer. Il devait déjà me trouver collant, encore plus qu’un simple pot de colle, alors un peu plus un peu moins, ce n’était pas ça qui allait lui changer la vie.

Un autre bruit, cette fois plus distinct que les chats ce battant dans le rue résonna à nouveau. J’entraperçus une fourrure rousse, passait au loin. J’eus un sourire en le voyant. Petit filou. Eux, c’était un peu les sans abri des animaux avec les ratons laveurs. Les renards, de vrai petit malin capable de se faufiler dans les maisons ou bien les jardins, ils étaient probablement d’excellents animaux, qui s’adaptaient à toutes situations. Un peu comme Jake au final, il lui ressemblait. Fuyard mais intelligent. Une fois la bête hors de porté, je regardait à nouveau mon interlocuteur.

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 19:39







Jake rajusta le col de sa veste à son cou. Non, cette nuit n'allait pas être des plus chaleureuse en effet. C'était presque fait exprès, qu'elle se montre aussi glaciale aujourd'hui. Le feu n'était pas éternel et bientôt à court de nourriture, il n'allait pas tarder à s'éteindre. Dans peu de temps, la danse enflammée du feu calmera bientôt son jeu, les belles danseuses qu’étaient les flammes termineront ce ballet gracieux pour se reposer dans de chaudes braises qui formeront des étoiles perdues sur un tas de cendre aux couleurs de la nuit. Ne pas rester dehors ? Il ne pourra de toute évidence pas faire autrement. L'abri d'un quatre murs délaissé lui épargnera les brises gelées de l'hiver mais les murs de bétons piégeront néanmoins le froid et transformeront le moindre abri en un véritable frigo.

- Dehors, c'est chez moi, répondit le jeune homme.

Ce qu'il comptait faire ? Eh bien, il cherchera effectivement un abri. Car s'il se privait se confort, il ne se privait pas de vie. Il n'avait pas non plus l'intention de mourir d'hypothermie comme bon nombre de SDF en cette période de l'année. Il avait déjà survécu à plusieurs hivers. C'était difficile. C'était douloureux, ce n'était jamais loin de la mort, certes. Mais chaque année il se battait pour la vie. Il luttait. Il gagnait. Possiblement qu'il rejoindrait le centre-ville. Il ne le savait pas encore. Jake vivait au jour le jour, sur l'instant présent, il ne prévoyait jamais rien. Honnêtement, il ne savait pas encore vraiment ce qu'il comptait faire. Il se laissera guider le moment venu, comme toujours. Il avait gagné un instinct de survie inébranlable malgré le fait qu'il donnait toujours l'impression du contraire.

Un petit renard fit irruption durant un très court lap de temps sous la lumière du feu. Il avait sûrement été attiré par la lueur énigmatique pour lui. Il s'en effraya sitôt après et décampa. Jake l'observa jusqu'à ne plus pouvoir le voir. Les animaux, il y en avait toujours pas mal dans les rues. Ils imitaient les humains, car ceux-ci volaient leur territoire et nourriture des espaces sauvages. Alors les renards et autres bestioles venaient réclamer leur bien directement dans les villes. Jake avait vu bon nombre de chats, de chiens, de rats, de chauves-souris même. Cette vermine traînant dans les rues n'inspirait que rarement la confiance des Hommes, ces derniers les craignant à cause des maladies comme la rage ou la peste. Les rats et les renards surtout étaient les plus chassés. Ils diffusaient encore des cas de rage à la moindre morsure. Les humains en avaient peur. Ce n'était pas le cas de Jake. Ce genre de bestioles qui vivaient la même misère que lui, au fond, il s'y sentait bien plus proche. Mais il les avait toujours observé que de loin, restant neutre à leur présence.

- Quoi ?!
ajouta le jeune homme, vous ne me croyez pas capable de passer l'hiver ? Ce n'est pas le premier si ça peut vous rassurer.

Au bout d'un instant, on pouvait déjà remarqué que l'intensité des flammes diminuaient petit à petit. Elles faiblissaient, elles avaient faim mais elles avaient froid aussi. Jadis feu somptueux, ce dernier se mourait lentement, comme en proie à une lente agonie. Jake s'approcha un peu plus du bord du banc, bien destiné à capter les derniers instants de cette fleur rouge qu'il avait créer à l'aide du briquet. Il recueillerait ainsi son dernier soupire.




•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 21:46


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


Vivre dans les rues, ça il en était capable, sans aucun doute, après tout, il ne semblait pas à son coup d’essai. Cependant un autre problème gisait dans ses paroles. Dehors, chez-lui ? En quel honneur ! Aux dernières nouvelles, s’il se trouvait un job et un petit appart, il pourrait vivre bien mieux. Quel intérêt de vivre dans la rue, pour lui ? Certes, il y avait son pouvoir qui lui causé des problèmes, mais cela ne l’empêchait pas de pouvoir au moins dormir dans une maison abandonnée. Il y en avait pas mal dans le quartier et certaine avait même l’électricité qui fonctionnaient. Comment je le savais ? Mon ami m’en avait parlé. Elles servaient généralement de squat aux dealers, mais avec l’hiver sa ne suffisait plus, alors ils partaient et quittaient les maisons encore fonctionnelles.
- « Oh non, je suis sûr que tu en es capable. Sinon tu ne serais plus ici depuis longtemps. »

Probablement que je finirais comme lui, un jour. Quand je n’aurais plus l’Institut, ni de travail. La belle image tiens. Un vétéran de plus dans les rues, à errer sans but, jusqu’à se que de désespoir il se mette une balle dans la tête. Je me demande comment je finirais. Probablement en grande partie comme mon père. Dépressif. Enfin, ça, je l’étais déjà, mais je veux dire par là, que je le serais vraiment. Parce que pour être franc, je n’étais pas vraiment déprimé à mes yeux. Le choc du retour était se qui me mettait mal, pas le fait que j’ai des envies meurtrières ou bien de suicide. Je ne pense pas que j’aurais survécu comme Jake l’avait fait. Je vivais par défaut, pour les autres, uniquement parce que mes instincts étaient encore là pour dire : ne meurt pas. Une sorte de survie dans mes derniers retranchements. Alors, si j’avais vécu dans les rues sans personnes pour qui vivre, j’aurais probablement trouvé de quoi me foutre en l’air.

La vibration dans ma poche droite de mon pantalon, m’avertis d’un appel entrant. Je soupirais, pressentant déjà qui m’appellerais à une heure pareille en week-end. Le sortant d’un air déjà désabusé, je regardais le nom du contact avant de soupirer de lassitude, je décrochais, sans grande conviction.
- « Père. Qu’est-ce qui me vaut l’honneur de votre appel ? Mon ton était tellement sarcastique, que cela en devenait presque affreux. Laissez-moi devinez… Humm… Vous avez encore bu ? Et vous avez décidez que m’appeler à cette heure-ci était la meilleure idée parce que ? … Ouais, d’accord je vois. J’eus un rire sans joie. Alors-là, c’est la meilleure ! Vous vous foutez d’ma gueule ! Ne vous avisez jamais, de prononcé son prénom à nouveau. Et encore moins pour la faire parler comme si vous la connaissiez. Retournez donc à votre whisky, sa vaudra mieux pour tout le monde… »
Je raccrochais sans même prêter attention à se qu’il pouvait bien déblatérer comme stupidités.

Grand dieu, qu’il me faisait honte. Depuis qu’il m’avait mit à la porte, il se sentait seul – il était seul responsable de sa condition – et pourtant, il se comportait comme si c’était moi qui l’avait abandonné à son sort. Je secouais la tête d’un air exaspéré, fermant l’écran et le remettant dans ma poche.
- « Je suppose que tu ne comptes pas me dire se qui te turlupine ? Non, évidemment… Pourquoi je pose la question. Oublie. »
Je me redressais de ma position avachie. J’avais mon compte pour la soirée. Se vieux con avait tout foutu en l’air. L’entendre ne me donnais plus que la nausée, cela dit, c'était peut-être une amélioration...

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Gordon
avatar
Membre ₪ Mutant


MESSAGES : 172
POINTS : 912
AGE : 17
CELEBRITE : Nathan Keyes
EMPLOI : SDF
DATE DE NAISSANCE : 28/11/2000
ARRIVE LE : 28/11/2017
Localisation : Un peu partout

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 22:09








Jake craignait tellement son pouvoir qu'il n'osait pas dormir sous un toit de peur que celui-ci ne s'effondre sur lui à la défaveur d'un cauchemar. Il prenait toujours tout en compte quand il s'agissait de prévoir quoi que ce soit. Accroché à sa survie, il ne voulait prendre aucun risque de ce côté là. John ne contredisait pas le jeune homme, assurant qu'il le croyait bien capable de survivre à de rudes hivers. Et il n'avait pas tort, si cela n'avait pas été le cas, il y aurait bien longtemps que le jeune mutant ne serait plus de ce monde. Bah, il paraît que mourir de froid était une des morts les plus douces. On se figeait lentement, on venait à ne plus sentir la moindre parcelle de son corps. Au début c'est désagréable, douloureux, et petit à petit, tout se paralyse et tout s'en va. La chaleur, la conscience, la vie. Enfin, on disait la mort douce mais en réalité, Jake trouvait ça plutôt effrayant. Non, mourir de froid, le plus tard sera le mieux. Mourir tout court d'ailleurs.

Suite à la réponse du vétéran, Jake n'ajouta rien de plus et se mit à nouveau à profiter des dernières flammes. Mais tout à coup, un son qu'il n'entendait pas souvent fit irruption. Il redressa le regard vers le soldat qui répondit à son téléphone portable. Jake n'avait pas tellement envie de se mêler de chose qui ne le concernait pas. Mais l'homme était là et il parlait. Et l'adolescent écoutait malgré lui. Son père ? Ce vouvoiement était surprenant. Le jeune homme se sentit un peu mal à l'aise durant la suite de la conversation. Il ne regardait plus l'homme et ses prunelles se perdirent à nouveau, aveugle dans le feu. Le ton monta dans le téléphone. John ne tarda d'ailleurs pas à raccrocher au nez de son, visiblement, paternel. Jake fuyait toujours son regard. Il faisait mine d'être détaché de tout ça. Mais il y avait toujours eu ce pincement au coeur quand il entendait toujours les mêmes mots : "père", "papa", alors que cela même ne le concernait pas.

John demanda une nouvelle fois au mutant ce qui n'allait pas, avant finalement de laisser tomber. Jake ne réagit pas cette fois-ci, scrutant toujours les flammes. Il donnait l'impression de ne pas avoir, ou de ne pas vouloir l'entendre. Mais après plusieurs secondes qui essuyèrent cette ignorance de sa part, et sans qu'il ne lâche de feu du regard, le jeune homme parla comme s'il n'avait effectivement pas pris en compte la dernière question du vétéran :

- C'est à croire que les géniteurs sont tous pareils.

Devant les flammes qui persévéraient à lécher les derniers papiers et bouts de bois non consumés, le regard de Jake s'était durci et son ton s'était gelé comme la bise hivernale.



•••••••••••••••••••••••••••••••••••



Vidéo de Jake et John Wincott:
 

The life of Jake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wincott
avatar
Admin ₪ Elève


MESSAGES : 498
POINTS : 1175
AGE : 23
CELEBRITE : Robbie Amell
EMPLOI : Élève
DATE DE NAISSANCE : 01/11/1994
ARRIVE LE : 22/11/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John] Mar 12 Déc 2017 - 22:34


Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...


Ah, voilà qui était intéressant. Contrairement aux apparences, Jake avait prononcée une phrase lourde de sens. Pas pour tout le monde bien sûr, mais pour quelqu’un qui avait vécu durement voir était maltraité, ses paroles là, avait un sens bien particulier. Etant donné qu’il avait entrebâillé la porte, il n’était pas question de l’enfoncé comme un CRS, mais plutôt de bloquer cette porte ouverte. Essayer d’avoir des infos, aussi maigres soient-elles. Pas que j’avais une curiosité mal placé, mais plutôt que je cherchais à l’aider et cette étape passait toujours par connaître les démons qui hantent les esprits. Je relevais mes yeux vers lui, avant de les baissais moi aussi, vers les flammes mourantes.
- « Je suppose que je suis plutôt bien loti, de se côté-là. Il ne me battait pas. Même si sa lui est arrivé de m’oublier dehors la nuit à moins trois parce que j’avais dépassé le couvre feu alors que j’avais cinq ans. "Si t’as pas sommeil, alors je vais te donner une raison de dormir" qui disait. »

J’eus un sourire amer à ce souvenir.
- « Pour être franc, je ne penses pas que soit de maltraitance à proprement parler dans mon cas. Juste… Qu’il était dur. Il aurait put se servir du martinet au grenier ou bien de sa carabine pour essayer de me flingué. Alors je m’estime plutôt heureux de l’avoir tel quel. Certains, n’ont pas autant de chance que moi. »
Je relevais mes yeux vers lui. Chance oui, parce que si « chance » était pour les gens normaux d’avoir des parents qui étaient gentils avec eux, nous la seule chance qu’ont auraient voulut, c’est d’avoir des parents qui avez assez de respect pour ne pas nous traiter comme du bétail ou des monstres. Mon père était un dur à cuire mais pire encore un homme élever comme à l’ancien temps. D’origine prussienne et française, mes arrières grands parents avaient déménagés aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale, parce qu’ils avaient étaient des collabos. Fuyant la justice, ils c’étaient réfugier ici. La terre du nouveau siècle.

- « Je crois que le pire souvenir que je puisse avoir de lui, c’est quand il a voulut m’apprendre à nager. Il m’a jeté dans la rivière et m’as dis "Soit tu nage, soit tu coule". Alors forcément, j’ai nagé. »
Ca, pour sûr, j’avais nagé. Même en buvant la tasse et n’ayant pratiquement plus d’oxygène, j’ai battu l’eau comme si elle était un agresseur et quand bien même se ne fut ni harmonieux ni gracieux, j’avais survécu. Il m’avait fait se coup-là plusieurs fois, quand j’étais petit. Jusqu’à se que je sache nager « correctement » ou du moins, se qu’il estimé être correct. C'est-à-dire avec la beauté d’une baleine échouée. Peu lui importait cependant, il fallait que je soit dur, il fallait que je sois solide. Il fallait que je sois un soldat.

Codage par Libella sur Graphiorum

•••••••••••••••••••••••••••••••••••

[+18] VIDEO VIOLENTE [+18] :
 
TATOUAGE - ÉPAULE DROITE :
 
TATOUAGE - HAUT DU DOS :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John]

Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau... [John]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institut Parker :: Hors-Jeu :: 2017-